III - Applications concrètes :

1 – Synthèse méthode :

Dans tous vos entretiens difficiles, ne sortez pas des quatre balises suivantes :

FAITS
Présenter des faits précis
Eviter les opinions et les généralités
Ne jamais donner de jugement sur la personne
Eviter les reproches et les accusations.
RESSENTIS

Faire part si nécessaire de vos ressentis (enlève les émotions).
INTENTIONS
Préparer par écrit les éléments difficiles à communiquer
Faire des demandes ou des propositions claires et concises
Donner du sens (conséquences positives pour chacun)
Faire immédiatement une demande de feed-back.
POSITION ASSERTIVE

Laisser s’exprimer les réactions
Ecouter le point de vue de l’autre avec bienveillance
Garder avec aisance une posture et un regard droits
Répéter vos demandes avec calme et fermeté.
 

2 – Application : recadrer un collaborateur

Prenons comme exemple le recadrage d’un collaborateur, dont vous craignez les réactions :

Eviter


Généralité :
Tu es toujours en retard en réunion

Reproche, accusation :
Tu es vraiment pénible

Plainte :
On en a tous marre, ça perturbe tout le monde et ça nous fait perdre un temps fou.

Verrouillage :
Je n’ai rien à faire de tes justifications

 

 

 

Utiliser plutôt

Fait :
C’est la troisième fois ce matin que tu as plus de 10 mn de retard à notre réunion hebdomadaire(fait établi, donc non discutable)
Ressenti :
J’en ressens un fort agacement (évacue l’émotion désagréable)
Sens :
parce que nous avons tous perdu 30 minutes
Souhait :
Je souhaite que tu t’organises pour être à 9h00 précises à la réunion de lundi prochain (demande claire)
Conséquences :
Nous pourrons ainsi être tous à l’heure à nos rendez-vous suivants et de bonne humeur.(motivation)
Ecoute des réactions :
Je comprends ton point de vue, mais je souhaite que tu t’organises pour être là à 9h00 précises dans l’avenir.(Respect de la personne et fermeté de la demande)

 

3 – Petits exercices à l’égard de ceux qui gardent quelques soucis avec l’assertivité :

Attention : un exercice n’est pas un exemple de bonne communication. C’est un entraînement à pratiquer pour votre amélioration si la situation vous dérange et que le contexte le permet. A faire en gardant un ton agréable, détendu et enjoué et en regardant votre interlocuteur avec une sincère gentillesse. Efforcez-vous de ne pas vous souciez de l’image que vous donnez de vous.

Exercice 1 :
Dire « non » sans vous justifier, sans commentaire, sans répondre à la question « pourquoi ? ». Dites « non » tout simplement.
Exemple :
« Peux-tu me prêter ta voiture ?
- non, je n'y tiens pas.
- mais pourquoi ? je ferai attention.
- non, je n'y tiens pas»


Exercice 2 :
Devant un refus, répétez votre demande initiale, en restant agréable

« J’aimerais que vous me prépariez ce dossier
- je ne peux pas maintenant
Je comprends, mais j’aimerais que vous me prépariez ce dossier »


Exercice 3 :
Posez des questions à des inconnus

Exercice 4 :
Autorisez-vous à dire clairement ce que vous voulez, en incluant un « je veux » ou « je souhaite » ou équivalent.

Exercice 5 :
Apprenez à dire ce que vous ressentez comme un fait constaté (je suis fâché, je suis agacé, je me sens triste, j’ai une pêche d’enfer …)

Editer une version imprimable .pdf

Envoyer un commentaire